Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Chers Ministres du climat, nous avons déjà cliqué

Publié le mardi 13 octobre 2015, par IEB

La campagne « Un clic pour le climat » lancée par nos quatre ministres belges du climat, invite les citoyens à dire « oui » à un engagement ambitieux en matière de lutte contre les changements climatiques lors de la prochaine conférence des Nations unies pour le climat, la COP21. Dans une carte blanche publiée dans le Soir du 5 octobre, les associations environnementales et citoyennes rappellent que la conclusion d’un accord pour le climat ne relève pas d’une responsabilité citoyenne mais bien d’une décision politique et demandent à nos ministres de mettre en œuvre une politique climatique belge ambitieuse et concertée.

Lettre ouverte à nos quatre ministres belges en charge du climat.

A l’occasion de la journée sans voiture, dimanche 20 septembre, nos quatre ministres belges du climat – Marie Christine Marghem pour le fédéral, et ses trois collègues régionaux Céline Frémault pour Bruxelles, Paul Furlan pour la Wallonie et Joke Schauvliege pour la Flandre – ont lancé, ensemble, une campagne nommée « un clic pour le climat ».

Le principe ? Les citoyens sont invités à aller sur un site internet pour dire « oui » à un engagement ambitieux en matière de lutte contre les changements climatiques lors de la prochaine conférence des Nations Unies pour le climat, la COP21, qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre prochain à Paris.

Quel paradoxe ! Voilà une initiative de sensibilisation citoyenne, portée par les décideurs politiques fédéraux et régionaux qui, par définition, sont élus pour prendre des décisions, et qui se mettent à lancer des pétitions.

Des négociations sans les citoyens

Parions dès lors, chers Ministres, que vous avez choisi de mener cette action ensemble, à quatre, pour mettre en œuvre vous aussi cet accord global, ambitieux, juste et contraignant que vous soumettez à pétition. Celle-ci consiste à « Appeler les citoyens à dire “oui” à un accord pour le climat qui reste sous la barre des 2 degrés » : permettez-nous, cependant, de vous faire remarquer que, malgré le fait que les citoyens peuvent faire – et font déjà – beaucoup pour mettre en œuvre la transition vers une société durable, la conclusion d’un accord pour le climat ne relève pas d’une responsabilité citoyenne mais bien d’une décision politique. En outre, et surtout, l’objectif de maintenir le réchauffement global sous la barre des 2 degrés a déjà été pris par la Conférence des Parties (COP) qui engage la Belgique. Votre rôle ne consiste donc pas à interroger les citoyens sur cet objectif, mais à prendre les décisions nécessaires pour l’atteindre.

Les citoyens ont déjà dit « oui »

L’économie collaborative et des dizaines d’initiatives citoyennes telles que des coopératives énergétiques ou d’agriculture urbaine ont vu le jour ces dernières années. La plupart d’entre vous n’étaient pas ministre à l’époque, mais lors du sommet de Copenhague, en 2009, 100 000 personnes avaient dit oui à un accord ambitieux et juste. En 2012, 80 000 Belges ont chanté pour le climat et chaque année, des milliers de personnes ont soutenu nos campagnes pour la justice climatique et la création d’emplois verts. Il y a un an, 400 000 personnes, dans toutes les grandes villes du monde, ont manifesté simultanément pour réclamer la conclusion de cet accord ambitieux à Paris. Et dans quelques semaines, 10 000 Belges partiront en train pour aller manifester à Paris. Ils monteront dans le « Climate Express » pour vous rappeler ce qu’ils attendent de vous : la conclusion de cet accord ambitieux pour le climat.

Mesdames et Monsieur les Ministres, le « oui » des citoyens belges et du monde entier s’est largement exprimé ces dernières années. Nous vous demandons dès lors d’approfondir votre communication commune sur les contours d’une politique climatique belge ambitieuse et concertée qui aidera à la conclusion de l’accord de Paris.

Une politique climatique belge coordonnée

Aussi, permettez-nous de vous communiquer deux idées, parmi d’autres, qui vous permettront de prendre des décisions utiles dans les semaines à venir.

La première est de vous réunir pour signer l’accord de répartition intrabelge qui se fait attendre depuis fin 2008. Vous discutez depuis mai, vos experts ont fait un excellent travail de fond, vos directeurs de cabinet ont déminé le terrain, ne pensez-vous pas qu’il est temps de passer à la vraie négociation ? Cet accord permettra d’adopter, entre autres, un plan national climat qui sera la vision coordonnée pour une politique climatique ambitieuse, concertée et efficace.

La seconde, en cette période de préparation des budgets, est de réunir vos conseillers et des experts des finances publiques de chaque entité pour, ensemble, définir une contribution belge au financement climat international pour la période 2015-2020. La France a clairement exprimé ses attentes sur ce terrain : le financement climat est le dossier crucial pour la conclusion de l’accord de Paris. La Belgique ne peut plus rester un des principaux mauvais élèves en matière de financement climat.

A ces conditions, nous pourrons dire ensemble « oui » à une politique climatique belge ambitieuse et concertée !

Signataires

Arnaud Zacharie, secrétaire général du CNCD-11.11.11 ; Bogdan Vanden Berghe, directeur général, 11.11.11 ; Christophe Schoune, secrétaire général Inter-Environnement Wallonie ; Danny Jacobs, directeur général du Bond Beter Leefmilieu ; Olivier Valentin, secrétaire national du CGSLB ; Michel Sonet, coordinateur de l’ADG ; Benjamin Wilkin, secrétaire général d’APERe ; Antoinette Brouyaux, coordinatrice des Associations21 ; Lieve Herijgers, directeur général de Broederlijk Delen ; Angelo Simonazzi, secrétaire général d’Entraide et Fraternité ; Nathalie Eggermont, présidente de Climate Express ; Maria Verwimp, présidente d’EcoKerk ; Juliette Boulet, chargée de campagne de Greenpeace ; Wim De Ceukelaire, directeur général de Médecine pour le Tiers-Monde ; Stefaan Declercq, secrétaire général d’Oxfam-Solidarité ; Marc Despiegelaere, coordinateur pour PROTOS ; Olivier Hauglustaine, secrétaire général de SOS Faim ; Antoine Lebrun, directeur général de WWF.

Voir en ligne : Inter-Environnement Wallonie

À la une

À la une

Dernier ajout : 25 septembre.