Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Ce que nous voulons

Publié le mardi 9 juillet, par gwen

A l’heure des négociations à bâtons rompus qui doivent aboutir à un accord de gouvernement bruxellois pour le 21 juillet, IEB revient sur quelques fondamentaux. Au-delà d’un regard rétrospectif sur la législature bruxelloise qui s’achève (2014-2019), il s’agit de pointer ce qui alimente les préoccupations des habitant·e·s et de s’appuyer sur les propositions qu’IEB porte depuis quatre décennies. À travers six analyses – qui chacune décortique le Plan régional de Développement Durable (PRDD) –, nous proposons une réflexion sur ce qui est en train de se passer à Bruxelles, sur les forces et reconfigurations à l’œuvre et sur les angles morts et les oubliés des politiques urbaines, tous aussi révélateurs de ce qui est en cours.

Bref, un bilan pour donner de la matière à penser et à agir, pour permettre aux Bruxellois·es de se sentir acteurs de leur ville et de leurs milieux de vie.

C’est notre manière de dire ce que nous voulons : du logement social, un droit à la ville, une maîtrise du foncier et des forces du marché, une ville juste socialement, une mobilité comme un service public, un moratoire sur le déploiement de la 5G…

- Nous voulons du logement social ! Si parler de logement social et non de logement public tient tant à cœur à IEB, c’est qu’une part importante de la population bruxelloise se trouve aujourd’hui dans une situation de mal logement effarante. Si parler de logement social et non de logement à caractère social tient tant à cœur à IEB, c’est bien parce qu’il permet une appropriation collective et une maîtrise "démocratique" sur le temps long.
Lire l’article

- Nous voulons un droit à la ville ! En revenir à des procédures qui permettent de construire des décisions plutôt que de les imposer, à des dispositifs qui nous permettent de mieux affronter les enjeux environnementaux et sociaux qui commencent ici et maintenant avec le long terme pour horizon. Nous demandons au gouvernement de reprendre le fil de la démocratie urbaine en remettant à l’avant-plan la dimension politique du projet urbain et les rapports de force qui y président sans naturaliser ou marchandiser les transformations du territoire ou les réduire à un débat d’expertise.
Lire l’article

- Nous voulons maîtriser le foncier et les forces du marché ! Des constats sont aujourd’hui posés, des études réalisées, des prises de conscience émergent clairement au niveau des administrations et des organismes d’intérêt public. Le rééquilibrage entre les différents modes de transport en faveur de l’eau et du fer nécessite de toute urgence une préservation des espaces stratégiques pour des zones de chargement/déchargement et de stockage. Il revient aux autorités publiques à prendre des mesures volontaristes qui contraignent le marché et la spéculation.
Lire l’article

- Nous voulons une ville juste socialement ! Si une densification urbaine nous est imposée, sa mise en œuvre doit être une opportunité pour résorber les inégalités et dysfonctionnements actuels. Nous voulons un cadre qui vise à assurer un logement décent et abordable pour tous, une mobilité et des équipements collectifs adaptés et réfléchis en amont des projets. Une ville vivable où les raretés tels qu’espaces verts (cultivés ou non) et logements sociaux ne sont plus mis en concurrence mais articulés en fonction des besoins des Bruxellois·e·s ; où la nature n’est ni un luxe réservé aux plus nantis ni réduite à sa seule valeur monétaire et considérée comme pouvant être facilement "compensée".
Lire l’article

- Nous voulons la mobilité comme un service... public ! Sous leurs atours "durables" et "innovantes", les nouvelles applications numériques de mobilité liées aux plateformes pourraient mettre à mal la dimension collective du transport. Il incombe aux pouvoirs publics de faire barrage à un éventuel démantèlement de nos acquis et à une exploitation effrénée de nos données en misant sur le développement et le renforcement de l’offre en transports en commun, mode accessible à tous, qui permettra réellement de désengorger les voiries.
Lire l’article

- Nous voulons un moratoire sur le déploiement de la 5G ! Les Bruxellois.e.s ne peuvent devenir les cobayes d’un test grandeur nature où une technologie est mise sur le marché au mépris de considérations sanitaires, environnementales et sociétales en regard des spécificités techniques, encore fort peu connues, d’un tel déploiement. Il revient aux autorités publiques de garantir un environnement sain et de porter une attention accrue aux conditions de production des technologies que la ville-région souhaite développer en regard de l’effondrement du vivant à l’échelle planétaire.
Lire l’article


Divers

Dernier ajout : 18 novembre.