Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

DOSSIER : PIÉTONNIER POUR QUI ?

Bruxelles ma belle…

Publié le mardi 21 avril 2015, par IEB, Jan Bucquoy

Tags :

Le centre-ville de Bruxelles se vend sous le nez de ses habitants qui sont refoulés vers des communes pauvres qui deviendront à leur tour la proie des promoteurs. Les habitants exsangues par les loyers insupportables finiront dans des caves humides ou s’entasseront à 20 dans 20 m².

L’impuissance où nous sommes à rendre coup pour coup illustre une difficulté plus générale : le capital ne nous offre plus de point d’appui, de visage, de cible compacte. Nous cherchons des barons, deux cent familles riches ou des maîtres du monde et nous ne trouvons qu’un ramassis de managers cyniques payés au pourcentage qui gèrent des fonds de pensions californiens. Ils avancent masqués, conquièrent de nouveaux espaces, des continents inconnus. Ils nous colonisent.

Les habitants de cette ville sont les nouveaux esclaves d’un règne nouveau. Ces managers se sont emparés de notre langage et de notre imaginaire. La restructuration capitaliste n’a pas frappé l’usine sans frapper, dans un même temps, le reste, c’est à dire la ville et l’habitat.

Le centre ville avec ses piquets et barrières sur le trottoir, les ronds points à fleurs, la rue aux pitas près de la Grand-Place de la capitale canalisent les habitants vers les ghettos commerciaux de la rue Neuve. Transformés en mobilier urbain, les habitants et leur vie deviennent de la valeur marchande et utile et sont uniquement considérés en acheteurs potentiels. Cette ville aux petits loyers s’est transformée en îlot privilégié d’eurocrates aux salaires gargantuesques plongeant ses habitants sous le seuil de la pauvreté.

Plus de place donc pour des Dolle Mol, les Marolles, des cafés populaires ou d’autres lieux de repli et de résistance à ce monde qui n’a retenu de 10 000 ans de culture que vendre, acheter et faire du profit. Déjà au XIXe siècle, Bruxelles, capitale de la liberté d’expression accueillait les plus grands noms de la contestation, qui y étaient chez eux : Marx, Engels, Bakounine, Victor Hugo, Baudelaire, Rimbaud, Verlaine…

Car Bruxelles brusselait. Cette ville créait des liens de parole et de parenté, liens de souvenir et de l’intimité. Habitudes, usages, solidarités. Tous ces liens établissent entre les humains et les choses, entre les lieux, des circulations anarchiques sur quoi la marchandise et ses promoteurs n’ont pas directement prise. L’intensité de ces lieux les rend moins exposés et plus impropres aux rapports marchands.

Dans l’histoire du capitalisme, cela a toujours été le rôle de l’État que de briser ces liens, de leur ôter la base matérielle afin de disposer les êtres au travail, à la consommation et au désenchantement.

Les nouveaux cafés sont des lieux de solitude.

Bruxelles s’entoure d’un désert administratif et crée une société de déracinés. Les quartiers populaires sont envahis par des nouveaux bourgeois, élite européenne qui remplace les habitants humains avec leurs cris, odeurs, bagarres, complicité. Ce n’est qu’une question de temps, les loyers augmentant et les anciens bâtiments industriels étant massivement changés en lofts spacieux, la nouvelle population prendra la place de l’ancienne (voir les Marolles et l’arrivée du Sablon). Le garage deviendra un dancing couru de tous et l’ancienne filature servira des déjeuners plus bio que nature.

Bruxelles participe d’une guerre. D’une guerre d’anéantissement. Tout se passe comme si la bataille se livrait et que nous n’avions pas pied sur le terrain d’affrontement. Comme si c’était la dimension même de la guerre qui nous échappait. Comme si nous reculions devant l’élément même sur lequel opère désormais, le capital. Cela vaut mieux pour les quartiers et cela vaut pour les amitiés ; parmi les camarades, combien de complices avons-nous dû laisser pour mort sur le front esthétique ? Combien, lassés de l’agitation comme de la paralysie militante, s’abîment aujourd’hui dans la culture ?

Les promoteurs considèrent l’espace urbain à la fois comme un tissu marchand, un espace soumis à la production des marchandises et comme une devanture, une réclame. Espaces publics et immeubles majestueux se convertissent en emblèmes et symboles de la réussite des nouveaux riches.

Les espaces urbains vivables se réduisent. Les trottoirs et ses piquets empêchent de se promener la main dans la main, de traîner, de vadrouiller, de s’engueuler. Tout est construit pour faire son shopping. Que le peuple de Bruxelles se rassemble, que ceux qui s’y reconnaissent soient les bienvenus.

La ville n’est pas à vendre, la ville est là pour qu’on y vive.

Jan Bucquoy
26 novembre 2014

Bem 275 – Mars-avril 2015

Bem 275 – Mars-avril 2015

Dernier ajout : 27 septembre.