Inter-Environnement Bruxelles

Grande manifestation de la santé sur fond de violences policières

Publié le mercredi 16 septembre, par Andreas Stathopoulos
Version imprimable

Manifestation de La santé en lutte, 13/09/2020 · Photo : Joëlle Van Laethem

Ce dimanche 13 septembre, près de 7.000 personnes se sont rassemblées au pied du Mont des Arts pour revendiquer un refinancement massif des soins de santé, dénoncer une dégradation des conditions de travail des soignant·es et de la qualité des soins, ainsi qu’une gestion catastrophique de la crise sanitaire. À l’origine de l’appel, le collectif la Santé en lutte, a été rejoint dans son combat non seulement par de nombreux·ses autres soignants et patients, mais aussi d’autres mouvements, collectifs & groupes (logement, travail social, jeunes, féministes, queers, pompiers, anti-capitalistes, écologistes…), venus renforcer cette lutte fondamentale. Si la crise sanitaire que nous traversons a bien démontré une chose, c’est l’importance de l’entraide et de la solidarité dans la défense de nos droits fondamentaux.

Dans son communiqué du lendemain de la manifestation, la Santé en lutte remercie toutes et tous les manifestant·es pour leur mobilisation et affirme sa détermination à poursuivre la lutte, notamment par une grande journée d’action et de grève de l’ensemble du secteur.

Par ailleurs, le collectif dénonce une répression policière survenue alors que la manifestation se déroulait dans le respect de l’accord conclu avec la police, en groupes de 400. Pourtant, la police a provoqué les soignant·es et leurs soutiens avec violence, un dispositif disproportionné et des propos dégradants et humiliants. L’encerclement policier, survenu à la fin de la manifestation, s’est avéré contraire au respect des mesures sanitaires.

Bon nombre de témoignages plus qu’inquiétants font état d’une violence gratuite, injustifiée et inacceptable de la part des forces de l’ordre. Ainsi, des « participant·e·s qui fuyaient la répression policière se sont fait rattraper et arrêter. Certain·e·s se sont également fait matraquer jusqu’au sang. La police s’est aussi permise d’exiger à certains soignant·e·s d’enlever leurs blouses de personnel soignant pour pouvoir les arrêter en toute impunité… ». Curieuse attitude que celle d’abattre la violence de l’État sur celles et ceux qu’on appelait il y a si peu à applaudir… En investissant de l’argent public dans un tel dispositif policier (autopompes, plus de 200 policiers mobilisés un dimanche…), nos politiques ont fait un choix : celui de la répression plutôt que celui de la santé.

IEB ne peut que se joindre à cette indignation et réaffirmer son soutien à cette lutte qui nous concerne toutes et tous.

Le communiqué de la Santé en lutte « Bilan de la manifestation »

- Concernant les violences policières : lasanteenlutte.org, rtbf.be

- Pour soutenir la Santé en lutte, signez leur pétition et rejoignez leur lutte, individuellement ou collectivement : lasanteenlutte.org


Andreas Stathopoulos

lasanteenlutte.org


Soutien

Dernier ajout : 24 septembre.