Inter-Environnement Bruxelles

Annulation du PPAS Biestebroeck : une occasion à saisir !

Publié le mercredi 16 septembre, par Claire Scohier
Version imprimable

Bassin de Biestebroeck · Photo : IEB

Le Plan particulier d’affectation du sol (PPAS) Biestebroeck fut adopté en décembre 2017 sous l’ancienne majorité PS-MR de la commune d’Anderlecht. Ce plan est censé cadrer le devenir de 47ha de territoires organisés autour du bassin sud du canal à hauteur du Pont de Cureghem, une zone complexe à vocation industrielle et résidentielle. À l’époque de son adoption, les associations critiquèrent avec force ce cadre qui faisait clairement pencher la barque du côté des desiderata des promoteurs au détriment des besoins des habitants, en gaspillant au passage un foncier précieux par sa capacité à accueillir des activités portuaires, logistiques et productives pourvoyeuses d’emplois [1]. La spéculation immobilière vivace autour du bassin fut longtemps symbolisée par le projet de marina qui a, fort heureusement, fini par sombrer. Mais la spéculation suit son cours, notamment à travers le bien nommé projet Key West (nom inspiré de celui d’un port de croisière en Floride).

Un PPAS favorisant à ce point la spéculation au détriment des besoins essentiels de la Région et de ses habitant.e.s mériterait une révision en profondeur. En ce sens, la récente annulation d’une bonne partie du PPAS suite à un recours introduit il y a deux ans par la riveraine Maison des huissiers de justice devrait être perçue par la nouvelle majorité PS-Ecolo de la commune d’Anderlecht comme une occasion à saisir. L’occasion de réduire des densités infernales de logements prenant place dans des tours écrasant l’espace public et dont la grosse majorité restera inaccessible aux habitant.e.s. L’occasion d’imposer aux promoteurs un pourcentage de logements sociaux. L’occasion de construire les équipements collectifs très déficitaires [2] avant même la construction des 4000 nouveaux logements planifiés par le PPAS (crèches, écoles, espaces verts, équipements sportifs et culturels). L’occasion de prévoir des proportions plus équilibrées entre les logements et les espaces productifs et portuaires (le PPAS actuel prévoit des proportions de 68 % pour le logement, 17 % pour les activités productives et 1 % pour les activités portuaires). Bref, l’occasion de penser un projet à l’échelle de la valeur d’usage du territoire plus qu’à sa valeur marchande.

Mais la majorité en place semble sourde à ces besoins et annonce vouloir ré-adopter le plus rapidement possible un plan fidèle à celui adopté par l’ancienne majorité.


Claire Scohier

Pétition « Pas de tour à Anderlecht »

Notes

[1Le secteur de la logistique utilise à 70 % de la main d’œuvre peu qualifiée adaptée au profil des habitants de la Région contrairement au secteur tertiaire (30%) massivement présent aujourd’hui.

[2Les quartiers proches offrent en l’état 0,78 places/enfant (la Région = 1,06 places) pour l’enseignement maternel et 0,81 places/enfant (la Région = 1,1 place) pour l’enseignement primaire.


Position

Dernier ajout : 25 septembre.