Inter-Environnement Bruxelles

2018

0 | 10

  • Le projet RER : et maintenant ? Bilan et perspectives

    Publié le 30 décembre 2018, par David Schwengler
    Le 13 décembre 2018 marquait les trois premières années de la mise en service du « réseau S », auparavant désigné sous l’appellation de RER. Si le nom a changé, le but du projet reste le même : réduire l’utilisation de la voiture dans la zone urbaine et suburbaine à la faveur du train et des transports en commun en général.
    Fort de ses 120 gares dont plus d’une trentaine en région Bruxelloise, ce réseau permet déjà de voyager rapidement d’un bout à l’autre de Bruxelles et sa périphérie, et ce, malgré une offre lacunaire sur certains tronçons en termes de fréquence puisque les travaux ne seront terminés qu’à l’horizon 2030/203 [1]1, au plus tôt.   [suite]

  • Quartier maritime : comment freiner la marchandisation du tissu urbain ?

    Publié le 21 décembre 2018, par Mathieu Simonson
    La démocratie locale et le « droit à la ville » sont aujourd’hui menacés. Les règles d’urbanisme sont aujourd’hui révisées sous prétexte qu’elles entravent le développement de la ville et sont « trop contraignantes » pour les promoteurs et acteurs de la construction. Petit tour de quelques projets le long du canal.   [suite]

  • Où est le calme ?

    Publié le 21 décembre 2018, par Sophie Deboucq
    Un projet de plan de prévention et de lutte contre le bruit et les vibrations en milieu urbain a fait l’objet d’une enquête publique fin d’année 2018, le gouvernement espère l’adopter début 2019. Ce troisième plan régional bruit, qui répond également à l’appellation plan « Quiet.Brussels » met la focale sur la nuisance provenant du trafic routier ainsi que sur la création de zones de confort. Mais comment et pour qui l’amélioration de l’environnement sonore bruxellois est-il envisagé ?   [suite]

  • Quand le système institutionnel belge fait dérailler le projet RER

    Publié le 21 décembre 2018, par David Schwengler
    Le projet de « Réseau Express Régional » (RER) ou « Gewestelijk ExpresNet » (GEN) à Bruxelles consiste à la création d’un réseau de trains suburbains pour la capitale et sa périphérie. L’idée, née dans les décennies 80/90, est officiellement lancée en 2003 avec la signature de la « Convention interministérielle visant à mettre en œuvre le programme de RER de, vers, dans et autour de Bruxelles ». L’objectif initial était, à l’époque, une mise en service complète aux alentours de 2010-2012.
    Ceci est le premier d’une série de deux articles décryptant les raisons de ce retard.   [suite]

  • Little boxes on the hillside, Little boxes along the canal

    Publié le 20 décembre 2018, par Mohamed Benzaouia, Sarah De Laet
    Aux numéros 12 et 14 de l’avenue du Port situés dans la commune de Bruxelles en bordure de canal, se dressent depuis 1994 les bâtiments de la KBC (Kredietbank and CERA Bank).
    Se dressent ? Il semble que dans un proche futur il nous faudra conjuguer le verbe au passé, car le terrain et ses bâtiments ont été acquis par un nouvel opérateur qui entend bien transformer cet îlot… drastiquement. Et si certains se réjouiront de voir ces immeubles de bureaux de « style postmoderne néoclassique » enfin démantelés, et quel que soit le jugement esthétique que l’on puisse porter sur ceux-ci, il y a plus à en dire et plus à en penser. En effet, revenir sur ce projet et l’attitude du promoteur immobilier nous semble particulièrement intéressant, tant ce projet est exemplatif de l’état d’esprit de ce qui se dessine et se profile le long de la voie d’eau.   [suite]

  • Cinquante nuances d’allocations

    Publié le 18 décembre 2018, par Olivier Fourneau
    La Région bruxelloise est un territoire attractif. Comme la ville est à la fois un bassin d’emploi important et la capitale de nombreuses entités politiques, elle attire chaque jour des milliers de travailleurs. La congestion des voiries qui en résulte a un impact sur la collectivité. D’aucuns évaluent son coût à 375 millions d’euros. Cependant, on ne peut pas résumer ses conséquences à leur simple dimension économique. Les multiples embouteillages engendrent, en effet, chaque jour des nuisances sonores, de la pollution atmosphérique et de la frustration pour les riverains et les automobilistes. Ce constat amène les différents acteurs à proposer des réformes. Ces dernières années ont ainsi été marquées par l’apparition d’une zone de basse émission, par l’élaboration d’un nouveau plan stratégique de mobilité pour la ville et par différents projets d’infrastructures (RER, Métro 3, Élargissement du ring, « Brabantnet »). Ce foisonnement d’initiatives a été complété le 15 décembre 2017 par un projet de loi instaurant l’allocation mobilité en Belgique. Elle permettrait, selon ses rédacteurs, d’échanger une voiture de société contre du numéraire afin de proposer aux travailleurs, une alternative durable répondant à la fois aux défis environnementaux et aux problèmes actuels de mobilité. Pour nous, cette nouvelle disposition réglementaire est une opportunité de revenir sur l’avantage en nature.   [suite]

  • Les quartiers populaires en tenaille entre agrafes et passerelles

    Publié le 18 décembre 2018, par Claire Scohier, Pamela Ciselet
    Tandis que les foudres sécuritaires s’abattent sur certains quartiers populaires de Bruxelles, nos édiles nous servent le discours rassurant de la rénovation urbaine. « On s’occupe de vous » à coup d’effets leviers sur les territoires et de reconquête sur l’espace public. Derniers dispositifs à l’œuvre, les contrats de rénovation urbaine (CRU) censés reconnecter des quartiers « enclavés » à l’aide d’« agrafes » et de passerelles.   [suite]

  • Pollution électromagnétique : les impasses d’une reconnaissance

    Publié le 15 novembre 2018, par Stéphanie D’Haenens
    Souhaitant questionner les notions de normes, de seuils, de principe de précaution, d’intérêt général, etc., cette étude invite au pas de côté nécessaire à la compréhension de la notion même d’environnement et à sa prise en considération dans le développement des sociétés industrielles.
    Nous effectuons d’emblée un détour par les étapes qui ont jalonné la reconnaissance de la pollution atmosphérique produite par l’industrie du charbon au 19e siècle dans la Vallée de la Meuse. Un décalage qui interroge la façon dont les différentes formes de pollutions se sont progressivement imposées comme des enjeux de société. Quels protocoles scientifiques ont présidé à quelle reconnaissance ? Quels consensus atteints pour quelle protection ? Comment les normes (seuils) sont-elles fixées ? Quels jeux d’influence et conflits d’intérêts ? Quelles libertés/contraintes pour les États de décider de leur propre niveau de protection en matière d’environnement électromagnétique ? Quelle prise en compte des maux et affections causés par la pollution électromagnétique ?   [suite]

    Dossiers : Ondes électromagnétiques , Thématiques : Environnement
  • La transition écologique est-elle soluble dans le syndicalisme ?

    Publié le 15 octobre 2018, par Claire Scohier, Dominique Nalpas
    Cette question qui nous est posée ici trahit un changement d’époque. Quelque chose est en train de changer dont la lecture nous est difficile et nécessite que nous tentions de comprendre l’histoire en marche. On sent les crises en tous sens et l’on se sent un peu démuni... désuni.   [suite]

  • Tour & Taxis : une urbanisation inquiétante

    Publié le 3 septembre 2018, par Mohamed Benzaouia
    Tour & Taxis a une surface de 38 hectares, l’équivalent de 60 terrains de football, situés au milieu de la zone du canal et à moins de deux kilomètres du centre historique. Le développement de cette friche urbaine consiste à construire pas moins de 371 000 m² de nouveaux bâtiments allant jusqu’à 24 m de hauteur le long de la rue Picard et de 100 à 150 m de hauteur aux alentours du bâtiment de Bruxelles Environnement. Ceci aura des répercussions considérables sur les quartiers avoisinants et au-delà, sur le centre-ville. L’urbanisation de ce site suscite beaucoup de réactions. Regardons de plus près ce qu’il s’y passe !   [suite]